Le Collègue, un nouveau roman de Sam Atticus

Jean DUBOIS, un quarantenaire banal et effacé, décide un jour de prendre sa revanche sur la vie, lorsque se profile un nouveau plan social au sein de l’entreprise dans laquelle il travaille.

Entre mensonges, trahisons et manipulations, celui qui deviendra le « médiateur » va se livrer à une terrible lutte qui l’opposera à son chef et à ses collègues, faisant progressivement basculer le service en plein chaos.

A travers ce thriller psychologique dépeignant une fresque du monde professionnel contemporain, deux pervers narcissiques vont se livrer à leur ultime bataille, dans laquelle leur avenir est en jeu…

Et si votre collègue était lui aussi un pervers narcissique ?

Disponible en téléchargement sur Kobo : Le Collègue, de Sam Atticus .

LE COLLEGUE 600 800

 

Un mot sur « Le Collègue »

LE COLLEGUE 600 800

Le monde du travail est un univers socialement épanouissant et humainement vital. Nous avons tous besoin de nous retrouver au contact de collègues qui finissent souvent par devenir des amis, ou bien plus encore…

Cet endroit qui fonctionne en vase clos, sorte de décor fermé sur l’extérieur est aussi une arène dans laquelle les egos s’affrontent et où le plus fort à toujours raison du plus faible. Des timides deviendront de redoutables adversaires, tandis que des gens éloquents et compétents seront piétinés et humainement détruits.

Les jeux de pouvoirs, les manigances et les fantasmes ajoutent au monde professionnel encore davantage d’insécurité. Des liaisons s’y établissent parfois, puis éclatent au grand jour, avant d’éclater tout simplement. Des pervers narcissiques y prennent un malin plaisir à rabaisser leurs victimes.

La jalousie et la volonté de préserver ses intérêts poussent les gens à se compromettre moralement, jusqu’à un point de non retour.

Ce livre je le dédis à celles et à ceux qui ont eut à vivre, comme se fut mon cas il y a quelques années de cela, les soubresauts d’un univers dans lequel on découvre la véritable nature de certains individus foncièrement mauvais.

Nourri de mon expérience personnelle, mais aussi il le faut bien par le fruit de mon imagination, j’ai voulu partager avec vous le quotidien tourmenté d’un service qui s’apprête à subir un plan social, et dans lequel plus rien ne semblera arrêter la décadence de personnages ordinaires, jusqu’au drame …

Le collègue